Biographie

Yannick Robert est un sculpteur français né en 1966 dans le Nord de la France.

Son studio est installé dans le Tarn en Occitanie, il sculpte principalement les marbres et les granits.

Artiste connu pour sa démarche et son approche intuitive de la pierre dans ses sculptures modernes et contemporaines.

Il apprend dès l’âge de 10 ans, le dessin et la peinture à l’école d’arts plastiques de Denain, à cette période il développe son imagination et prépare son parcours de vie dédié à la créativité.

A l’âge de 14 ans il pratique déjà la sculpture sur Pierre au gré des marées sur les plages de Seine Maritime en créant des statues monumentales éphémères dans des blocs de craie tombés des Falaises .

Après ses études à Paris de Maquettiste d’architecture il se forme à la sculpture sur marbre en 1990.

Il est le créateur et le président de l’association Art Monumental de 2014 à 2020; Association spécialisée dans l’événementiel en sculpture et la mise en place de symposiums de sculpture (Marssac sur Tarn 2015, Réalmont 2017, 2018, 2019).

Numéro d’ordre Maison des Artistes : R684858

Numéro de SIREN : 487880775

APE : 9003A

On retrouve les œuvres sculptées de l’artiste Yannick Robert en international, dans des collections privées, en galeries d’art ou sur le domaine public.

Sculpteur Français présent sur le marché de l’art et dans des ventes aux enchères on le retrouve aussi fréquemment dans des rencontres internationales de sculpture pour partager en direct avec le public son acte de création.

  • Comme formateur, il propose des cours et des stages de sculpture sur pierre toute l’année dans son studio de Boissezon.
  • Il propose ses services pour des travaux sur commande, aux professionnels, aux collectivités et aux particuliers.
  • Pour les entreprises il offre sa créativité dans la réalisation d’œuvres monumentales en pierre in situ dans leurs établissements (mécénat, œuvre originale d’un artiste vivant).
symposium international de sculpture sur marbre. scène de Bayssan, Béziers, Hérault France.

« C’est en taillant la pierre que l’on découvre l’esprit de la matière, sa propre mesure. La main pense et unit la pensée à la matière. C’est l’acte même du sculpteur face à un matériau dont la connaissance ne s’apprend que lentement et réserve toujours un inattendu qu’il faudra résoudre sans pouvoir jamais rien ajouter, par seul retranchement. Il faut tailler et non blesser la pierre, trouver la solution devant l’apparition d’une veine ou d’une tache non prévue: il faut savoir lutter avec la pierre, la caresser, la polir, savoir avec angoisse comme avec joie faire surgir la forme que l’on porte en soi mais qu’elle peut aussi nous avoir inspiré selon sa texture, la forme même du bloc que l’on a choisi ou trouvé. » Brancusi